Didactique des langues- Claude Springer

Points de vue sur des questions de didactique des langues – TIC, évaluation, CECR, actionnel

Enseignement bilingue : le cas de l’histoire

Posted by springclo sur 5 avril 2009

Je suis intervenu lors du séminaire en enseignement bilingue organisé au Ciep début avril. Il regroupait une trentaine de professeurs de DNL histoire venus de toute l’Europe et d’Algérie. J’ai présenté une communication (voir plus bas) sur la question de l’évaluation et animé un atelier sur « Concevoir une séquence sur des « Questions sensibles » intégrant l’évaluation et dans une approche par tâches.
J’ai pu faire un constat intéressant qui rapproche les deux didactiques : on retrouve la même palette méthodologique en histoire et en FLE :
1. une approche encyclopédique, qui est largement exploitée dans les pays d’Europe centrale (l’élève à la fin des 4 années doit tout savoir sur le programme) ; on imagine sans peine une optique magistrale doublée de behaviorisme.
En DLC / Fle, cela se rapproche de la méthodologie audiovisuelle, centrée sur les contenus et l’apprentissage par coeur des contenus linguistiques.
2. une approche sur la méthode de l’historien, méthode qui ne vise pas l’encyclopédisme, elle est basée sur l’étude de documents sources avec une méthode d’analyse stricte ; c’est aussi le programme qui importe mais on veut que l’élève montre qu’il maîtrise la méthode, il doit alors imiter l’exemple du professeur ; cette approche semble typiquement française, on parle en Europe de « méthode à la française » ; pour les sections européennes, c’est l’unique méthode avec l’usage exclusif de la langue cible, approche élitiste.
En Dlc / Fle cela se rapproche de la méthode communicationnelle nouvelle formule, ce que Beacco nomme « approche par compétence », version communicationnelle haute ; on est plus ici dans une optique cognitiviste, on insiste sur les bonnes stratégies pour maîtriser telle activité langagière.
3. approche par tâche sociale et projet (surtout en Allemagne, au Val d’Aoste aussi) : on propose des tâches sociales, l’histoire au quotidien ou l’histoire vécue par les jeux de rôles (vous êtes De Gaulle, vous êtes Staline, etc. ; vous devez proposer un texte pour une plaque commémorative) ; c’est dans cette approche que les TIC trouvent leur place, puisque les élèves doivent se documenter. Le manuel franco-allemand d’histoire est exemplaire de cette approche.
En Dlc / Fle, la perspective actionnelle et l’approche par tâche (avec la macro tâche finale et les tâches intermédiaires) vont dans le même sens. On est ici dans une visée constructiviste.
Bien sûr l’inspection d’histoire (France) ne peut que refuser la 3e approche au profit de l’unique approche par méthode de l’histoirien !!!! comme en langues d’ailleurs où l’on valorise l’approche par compétences ; on estime que ce n’est pas sérieux et que ce n’est pas la grande histoire, juste du jeu qui ne sert à rien, basé en plus sur l’émotion !

Le parallèle est intéressant pour comprendre les enjeux de ces 3 approches qui co-existent dans les systèmes éducatifs. Certains pays, comme l’Allemagne et le Val d’Aoste et d’autres, penchent plus vers la 3e approche, on constate que les élèves sont très participatifs (logique puisqu’ils sont entraînés à faire des travaux de groupe et à présenter leurs résultats). D’autres, l’Europe centrale en particulier, maintiennent encore la 1e approche. Avec cet exemple de l’enseignement bilingue, on comprend mieux pourquoi la France opte pour la 2e approche approche, elle reste fermement ancrée dans la discipline (histoire, langues, etc.), elle se donne une image d’exigence méthodologique et de rigueur scientifique, et se méfie de l’expérientiel et de l’émotionnel, bref de la motivation externe qui passe souvent pour pure démagogie. Malheureusement cette approche vire très facilement vers le magistral ou comme on dit en histoire le « récit de l’historien ». Le professeur d’histoire qui maintient son discours en classe se trouve ainsi valorisé, son rôle professoral aussi. Cela va au détriment du constructivisme (l’inspection se méfie d’ailleurs de trop de constructivisme qui nuit au discours du professeur), et de l’idée que chaque élève est acteur et porteur de récits historiques hérités familialement ou simplement vécus dans leur chair (immigration, racisme, etc.).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :