Didactique des langues- Claude Springer

Points de vue sur des questions de didactique des langues – TIC, évaluation, CECR, actionnel

Rendez vous sur Didactique des langues/FLE – Claude Springer

Posted by springclo sur 23 janvier 2012

Ce blogue n’est plus mis à jour, rendez vous sur Didactique des langues / FLE – Claude Springer

Posted in Général | Leave a Comment »

La crise va affecter la politique linguistique des universités

Posted by springclo sur 24 mai 2009

La formation en langues des étudiants non linguistes a connu en France un développement remarquable en particulier avec la mise en place de centres de langues et de centres de ressources en langues mais aussi en créant en quelque sorte des enseignants spécialisés de ce secteur des langues dites de spécialités.

Des sonnettes d’alarme commencent à retentir et risquent de se faire de plus en plus remarquer. Sciences Po semble opter pour la mise en place de la formation en ligne avec des exercices de langues auto-corrigés plus des cours de discipline en anglais (donc du CLIL universitaire) au détriment des dispositifs habituels. L’objectif est évident il s’agit de faire des économies pour réaffecer ces dépenses vers les disciplines fondamentales. On peut estimer que les étudiants scientifiques ont déjà un certain niveau de départ en anglais, il ne s’agirait alors plus que de leur permettre de consolider leurs acquis du lycée. Les universités scientifiques n’ont pas encore suivi ce chemin mais on peut aisément penser que ce sera bientôt le cas : cours en anglais (même par les enseignants français dont le niveau n’est pas forcément suffisant), plateforme d’apprentissage (e-learning) avec exercices auto-corrigés afin de limiter les coûts de tutorat, centres de ressources en libre accès mais sans apprentissage guidé, fin des contrats des enseignants spécialisés de ce secteur. Il paraît également certain que les efforts pour offrir d’autres langues seront rapidement réduits à néant.

Image 1

C’est d’ailleurs ce qui se passe en Grande-Bretagne. Les dépenses pour les langues dans les universités ont déjà été largement réduites. On envisage, même en sciences humaines, l’arrêt de l’enseignement de certaines langues. La crise touche fortement les universités comme on peut l’imaginer, d’autant plus qu’elles dépendent du secteur industriel sévèrement touché par la crise. Les programmes de recherche sont mis en question faute de financements. Des enseignements ont également  été mis en question ou simplement supprimés. Dramatiquement, le gouvernement incite officiellement les étudiants de 3e cycle à quitter leur pays pour chercher des stages à l’étranger.

Graduates ‘should try leaving UK’. The government is urging graduates to consider a spell working abroad, whether in internships or volunteering, to avoid the worst of the recession. »

Le gouvernement français actuel maintient intégralement ses objectifs ultra libéraux : une université et une recherche universitaire financées par le privé. Les universités européennes vont d’ailleurs dans le même sens. Mais où iront les diplômés de tous les pays européens pour trouver un stage synonyme de travail ? La politique plurilingue, voulue par l’Europe, a-t-elle encore un sens dans ce contexte de crise ?

Posted in Apprentissage, Plurilinguisme | Leave a Comment »

Enseignement bilingue : le cas de l’histoire

Posted by springclo sur 5 avril 2009

Je suis intervenu lors du séminaire en enseignement bilingue organisé au Ciep début avril. Il regroupait une trentaine de professeurs de DNL histoire venus de toute l’Europe et d’Algérie. J’ai présenté une communication (voir plus bas) sur la question de l’évaluation et animé un atelier sur « Concevoir une séquence sur des « Questions sensibles » intégrant l’évaluation et dans une approche par tâches.
J’ai pu faire un constat intéressant qui rapproche les deux didactiques : on retrouve la même palette méthodologique en histoire et en FLE :
1. une approche encyclopédique, qui est largement exploitée dans les pays d’Europe centrale (l’élève à la fin des 4 années doit tout savoir sur le programme) ; on imagine sans peine une optique magistrale doublée de behaviorisme.
En DLC / Fle, cela se rapproche de la méthodologie audiovisuelle, centrée sur les contenus et l’apprentissage par coeur des contenus linguistiques.
2. une approche sur la méthode de l’historien, méthode qui ne vise pas l’encyclopédisme, elle est basée sur l’étude de documents sources avec une méthode d’analyse stricte ; c’est aussi le programme qui importe mais on veut que l’élève montre qu’il maîtrise la méthode, il doit alors imiter l’exemple du professeur ; cette approche semble typiquement française, on parle en Europe de « méthode à la française » ; pour les sections européennes, c’est l’unique méthode avec l’usage exclusif de la langue cible, approche élitiste.
En Dlc / Fle cela se rapproche de la méthode communicationnelle nouvelle formule, ce que Beacco nomme « approche par compétence », version communicationnelle haute ; on est plus ici dans une optique cognitiviste, on insiste sur les bonnes stratégies pour maîtriser telle activité langagière.
3. approche par tâche sociale et projet (surtout en Allemagne, au Val d’Aoste aussi) : on propose des tâches sociales, l’histoire au quotidien ou l’histoire vécue par les jeux de rôles (vous êtes De Gaulle, vous êtes Staline, etc. ; vous devez proposer un texte pour une plaque commémorative) ; c’est dans cette approche que les TIC trouvent leur place, puisque les élèves doivent se documenter. Le manuel franco-allemand d’histoire est exemplaire de cette approche.
En Dlc / Fle, la perspective actionnelle et l’approche par tâche (avec la macro tâche finale et les tâches intermédiaires) vont dans le même sens. On est ici dans une visée constructiviste.
Bien sûr l’inspection d’histoire (France) ne peut que refuser la 3e approche au profit de l’unique approche par méthode de l’histoirien !!!! comme en langues d’ailleurs où l’on valorise l’approche par compétences ; on estime que ce n’est pas sérieux et que ce n’est pas la grande histoire, juste du jeu qui ne sert à rien, basé en plus sur l’émotion !

Le parallèle est intéressant pour comprendre les enjeux de ces 3 approches qui co-existent dans les systèmes éducatifs. Certains pays, comme l’Allemagne et le Val d’Aoste et d’autres, penchent plus vers la 3e approche, on constate que les élèves sont très participatifs (logique puisqu’ils sont entraînés à faire des travaux de groupe et à présenter leurs résultats). D’autres, l’Europe centrale en particulier, maintiennent encore la 1e approche. Avec cet exemple de l’enseignement bilingue, on comprend mieux pourquoi la France opte pour la 2e approche approche, elle reste fermement ancrée dans la discipline (histoire, langues, etc.), elle se donne une image d’exigence méthodologique et de rigueur scientifique, et se méfie de l’expérientiel et de l’émotionnel, bref de la motivation externe qui passe souvent pour pure démagogie. Malheureusement cette approche vire très facilement vers le magistral ou comme on dit en histoire le « récit de l’historien ». Le professeur d’histoire qui maintient son discours en classe se trouve ainsi valorisé, son rôle professoral aussi. Cela va au détriment du constructivisme (l’inspection se méfie d’ailleurs de trop de constructivisme qui nuit au discours du professeur), et de l’idée que chaque élève est acteur et porteur de récits historiques hérités familialement ou simplement vécus dans leur chair (immigration, racisme, etc.).

Posted in Cadre européen, Plurilinguisme | Leave a Comment »

CECR, la tâche communicative et les TIC

Posted by springclo sur 24 mars 2009

Cette communication a été présentée en 2008 en Pologne. Voici la présentation et l’article en cours de publication dans les actes du colloque.

Posted in Général | 1 Comment »

Vive la diversité européenne !

Posted by springclo sur 22 février 2009

Pour changer de registre et reprendre gaiement nos activités habituelles, un clip pour promouvoir l’Europe et  les films européens. Enjoy !

Posted in Général | Leave a Comment »